Colibri2 réduit

… ni le vent, ni la pluie !

Malgré un temps exécrable, de nombreux visiteurs du Marché de Noël de Sassenage n’ont pas hésité à affronter les éléments. Nos épices ont eu un franc succès et nous avons pris énormément de plaisir à partager nos connaissances en matière de cuisine indienne avec de belles personnes qui partagent nos valeurs  d’altruisme, d’engagement et d’équité. Certes,  le chiffre d’affaire de la journée n’est pas exceptionnel mais ces 400€ représentent tout de même plus d’un an de scolarité pour un enfant à la GK AGARWAL SCHOOL de Jaipur, comprenant le salaire des enseignants, le loyer du bâtiment, les frais d’entretien, les uniformes, les fournitures scolaires, le transport entre l’école et le lieu de vie des enfants… (Pour information : en France, en 2016, le coût moyen d’un écolier en primaire était de 6 190€ par an – réf. diplomeo.com).

Et voilà maintenant, rien que pour vous, l’histoire du petit  colibri :  

Un jour, dans une immense forêt où il faisait bon vivre, un incendie s’est déclaré. Les animaux étaient tous terrifiés et se demandaient comment arrêter une telle catastrophe. Et chacun se disait que la tache était trop grande pour lui, que jamais il ne pourrait arrêter les flammes… alors tous regardaient les arbres et les fleurs partir en fumée, se sentant impuissants face au désastre. Seul un petit colibri faisait des aller-retours entre la rivière toute proche et le feu. Il remplissait son minuscule bec de quelques gouttes d’eau, et bravant le danger, il les jetait sur les flammes.  Les animaux le regardaient s’agiter et jugeaient son travail dérisoire. C’est alors qu’un tatou lui fit remarqué, d’un air narquois que seuls les tatous peuvent prendre quand ils se sentent impuissants : «Et toi, Colibri ! Tu ne penses tout de même pas que tu vas éteindre le feu avec tes petites gouttes d’eau !». Alors le petit Colibri lui répondit «Crois-tu que je ne le sache pas ? Mais c’est important pour moi de savoir que j’aurai fait ma part» … et il retourna à la rivière pour remplir son bec.